Féria des vendanges 2010

 Affiche ferias pentecote vendanges nimes 2010

 

Féria sur deux jours uniquement, vendredi et samedi, obligations professionnelles obligent (et oui, certains travaillent le dimanche). Et une petite pensée pour Coin-Coin, Martine et les autres qui ne pouvaient être des nôtres. Mais deux jours qui valent une semaine, tant ils étaient bien remplis. Que l'hiver va être long en attendant l'ouverture de la prochaine Temporada...

pour la tradition et le plaisir...

A retenir la découverte du mexicain Arturo Saldivar à la novillada du vendredi matin..

Quant à la mixte de l'après-midi, Belles prestations d ' El Juli et d'El Cid, et naturellement, pour les cavaliers que nous sommes, nous avons savouré le triomphe de Mendoza.

 Morante, le cheval de Diego Ventura, nous impressionnait déjà en osant systématiquement mordre les toros, lors des poses de banderilles et Pirata le faisait lui aussi occasionnellement. Pendant la détente, le cheval semblait particulièrement chaud, comme on dit « dans le gaz ». Pablo l' avait déjà utilisé à son premier toro et il a eu raison de le reprendre lors de l'affrontement avec Cantivo, un Santiago Domecq de près de cinq cent kilos, car il lui doit la queue et les deux oreilles. Alors que Mendoza avait mit pied à terre pour attendre la mort de son toro, Pirata au lieu de rentrer au toril, est resté près de son cavalier, et brusquement, s'est jeté sur le toro, provoquant sa chute. Pablo ne se trompait pas quand il  déclarait que ses chevaux etaient de véritables toréros.

 Retrouvailles le soir au Toril avec Damien, le sympathique maître d'hôtel qui nous soigne toujours bien, pour un repas au son des guitares gitanes de Daniel, Fabrizio et Nicolas....

Puis fin de soirée à l' Exaequo jusqu'à quatre heures du matin.

 

Réveil de bonne heure, corrida oblige. Déception : des arènes presque vides... Peut-être la météo menaçante, une deuxième mixte de trop..!

Léonardo Hernandez est un excellent cavalier, capable de très grandes choses, mais comme son « apoderada » Marie Sara, il pêche lors de la mise à mort.

Aperçu dans le callejon, l'excellent chroniqueur de Planète Corrida  Freddy Porte.

Quant à Daniel Luque, il nous a pas déçu,malgré des toros de valeur inégales et un vent qui gêna ses faenas.

Après la corrida, apéro au café des sports et rencontre avec les représentants d' un apéritif anisé qui nous ont copieusement abreuvé et tenté de nous affilier aux célèbres clubs taurins de la dite boisson anisée. Mais nous voulons préserver notre indépendance. Nous avons malgré tout gardé les foulards, très beaux au demeurant.

Conversation animée et controversée sur la corrida avec Jacky, le barman du café des sports.

Repas pris tard... Retrouvailles avec les Enjoliveurs...

...et retour à la gare.... Dommage, on aurait bien aimé voir Ponce et Castella.